17/04/2008

21- Aston Martin DB5 1964

21- Aston Martin DB5 1964 final 800 SP

 

Si pour beaucoup, la DB5 est avant tout la voiture de James Bond. Pour d'autres, il s'agit de l'une des GT les plus emblématiques des sixties voire de l'histoire automobile. Il s'agit là d'une véritable pièce d'orfèvrerie réalisé par des artisans d'une grande compétence technique.A commencer par la conception même de la voiture qui reprend la notion 'superleggera' du carrossier  Touring, c'est-à-dire un treillis tubulaire sur lequel tous les éléments de carrosserie sont soudés de l'intérieur. De ce fait, aucun joint de carrosserie n'est visible, ce qui renforce la sensation de puissance émanant de cette voiture au physique rablé, souligné par un importante  hauteur de caisse contrastée par la faible hauteur du toit et son  pare brise panoramique. A l'intérieur, point de luxe mais des sièges dans lequel on trouve facilement une position de conduite adéquate avec devant soi un tableau de bord de tôle peinte ( et non pas de ronce de noyer ici ) reprenant la forme de la mythique calandre. Pour souligner la spotivité du véhicule, il y a une molette permettant de régler la dureté de suspension.Contact, les 286ch s'ébroue avec une sonorité rauque et un ralenti saccadé qui ne laisse plus aucun doute quant au caractère sportif de l'engin. Première enclenchée, le constat est directe, c'est une voiture "d'homme", il faut des bras de camionneur et des mollets de cycliste pour manœuvrer la bête. Cette voiture n'est assurément pas étudiée pour le cruising, les montées en régime sont jouissives, la sonorité ( oserais-je dire les hurlements du moteur ) emplit l'habitacle, la diretion est d'une précision diabolique et les freins comme dans une voiture de course nécessite de taper dedans pour ralentir efficacement la voiture. Le pont arrière rigide sautille à la moindre bosse, la tenue de cap à ( très ) haute vitesse est bluffante En conclusion, la DB5 ne se laissera exploiter correctement que sur un circuit au revêtement impeccable puisqu'il s'agit là d'une véritable voiture de course juste assez civilisée pour entrer dans le trafic normal.

( Fabien De Meyer )

******************************************

 

 

Écrit par FLR

Les commentaires sont fermés.