12/04/2009

77- Ferrari GTO

Ferrari GTO final 800 SP

La Ferrari 250 GTO ( Gran Turismo Omologata ) 1962

La Ferrari GTO est une évolution de la 250 GT SWB conçue pour courir en Grand Tourisme. Elle a été extrapolée à partir d'un chassis de 250 GT SWB par l'ingénieur Giotto Bizzarrini qui lui a greffé un moteur de 250 Testa Rossa. Après le licenciement de Bizzarrini suite à une dispute avec Enzo Ferrari, le projet échu à Mauro Forghieri pour la partie mécanique tandis que le design se voyait confier à Sergio Scaglietti qui réalisa là un véritable chef d'œuvre parachevé en soufflerie et sur circuit. C'est sur cette voiture qu'apparut pour la première fois la grille de vitesse métallique signe distinctif de tous les habitacles Ferrari jusqu'à l'avènement des palettes au volant. Cette voiture était à ce point tendue vers la compétition que Ferrari ne jugea pas utile de doter son tableau de bord d'un compteur de vitesse.

A l'époque, le règlement de la FIA stipulait qu'il fallait avoir produit au moins 100 voitures d'un même type pour l'inscrire en compétition. La marque au cheval cabré était pourtant loin du compte puisqu'au moment de l'inspection, seul 36 voitures avaient été construites ( au total, 39 voitures sont sorties des ateliers de la scuderia ). Enzo Ferrari argua du fait que cette voiture n'étant qu'une modification de la 250 GT SWB, il ne se devait pas d'en produire le nombre suffisant à son homologation. De plus, les colères du "Dottore" étaient à ce point légendaire  que plutôt que de discuter, la FIA préféra fermer les yeux…

Dès ses débuts, le GTO prouva qu'elle était des plus compétitives puisqu'elle se classa 2ème des 12 heures de Sebring ( pilotée par Phil Hill et Olivier Gendebien ) devant une Testa Rossa qui se produisait elle en catégorie prototype! La GTO était d'ailleurs à l'époque de sa sortie la voiture la plus rapide en ligne droite et comme elle était dotée d'un excellent équilibre, elle devint pendant un certain nombre d'année une arme absolue qui permit à Ferrari de remporter le titre de meilleur constructeur en 1962, 1963 et 1964.

Les performances de la GTO ainsi que son palmarès et sa rareté en ont fait une des voitures les plus chères sur le marché de la collection.

 

Fabien De Meyer

 

Écrit par FLR